Classe virtuelle : quoi de neuf sous le soleil ?


Outils

Sous une dénomination d’avant-garde, on trouve une interface d’animation éprouvée depuis le début des années 2000. Son argument de flexibilité géographique résonnait d’ailleurs avec le Grenelle de l’environnement de la même époque. Vingt ans plus tard, la classe virtuelle est devenue une modalité incontournable dans le processus de formation à distance. 

 

Classe virtuelle, une salle de formation comme une autre 

Parmi les environnements de formation et dans la droite ligne de la digitalisation, la classe virtuelle rassemble sur internet et dans un même espace d’apprentissage des apprenants et des formateurs physiquement éloignés.

Grâce aux principes de visio-conférence, elle permet de se voir et de s’entendre pour échanger, apprendre, partager, interagir… comme une classe en présentiel. 

Un logiciel de classe virtuelle est idéalement composé de 4 éléments suivants :

 

logiciel de classe virtuelle idéalement composé

 

La classe virtuelle est particulièrement adaptée aux attentes des apprenants d’aujourd’hui (salariés de générations Y et Z) qui souhaitent une plus grande flexibilité dans leurs apprentissages, privilégiant les leçons brèves aux cours magistraux, les informations transversales aux enseignements descendants, les échanges à l’écoute pure.

 

Plus qu’une salle : une méthodologie

Au-delà d’un partage d’espace numérique et à l’opposé d’un webinar, la classe virtuelle est avant tout une méthode pédagogique. Elle met l’apprenant au cœur du processus pédagogique et privilégie l’échange avec lui.

Dans cette interaction sociale déterminante, la hiérarchie enseignant/étudiant s’estompe, au profit d’une plus grande horizontalité qui fait disparaître la hiérarchie physique, du fait que chacun est derrière son écran.

 

Une richesse bienvenue

Une classe virtuelle n’est pas qu’une réunion de personnes à distance. Comme pour tout enseignement, elle n’a d’intérêt que si elle est riche, organisée et maîtrisée.

Là encore, pas d’improvisation pour cette activité distancielle synchrone.

Le formateur devra préparer son déroulé pédagogique en prenant en compte qu’il perd environ 60% de son moyen de communication principal. Car même si la vidéo fait partie des options possibles, elle reste pauvre pour retranscrire tout le non verbal associé à l’animation.

Ceci est également vrai pour le feedback en provenance des apprenants. Car à moins d’être un vrai caméléon, le formateur aura du mal à se concentrer sur l’image de chacun de ses apprenants qu’il voit plus ou moins bien dans la petite vignette en haut de son écran.

La voix restera donc le moyen privilégié pour le partage. Il faudra donc compenser avec d’autres services offerts par l’outil.

Nous estimons aujourd’hui que la réussite d’une classe virtuelle est également répartie entre trois facteurs : la qualité de l’animation, l’innovation pédagogique et la validation technique.

 

Pour réussir sa classe virtuelle

Aucun succès ne s’atteint sans quelques bonnes pratiques, illustrées ci-dessous. La formation doit absolument être bien maîtrisée par le formateur avant d’être transmise à l’apprenant, qui est au centre de cette nouvelle pédagogie.

Le scénario d’un cours s’appuie sur une phase de démarrage, primordiale, puis alterne démonstration et participation.

De sorte à ancrer progressivement et durablement les connaissances.

 

 

Classe virtuelle les bonnes pratiques

 

Nous vous recommandons de construire votre formation en classe virtuelle selon trois grandes phases :

 

  1. En amont, créez un calendrier en ligne sur lequel vous vous appuierez pour dérouler tout l’apprentissage, ainsi que des activités (évaluations, sondages…) qui vont structurer les sessions. Préparez évidemment aussi vos cours, auxquels vous ajouterez des ressources en tous genres.                                                                                                        
  2. Pendant la formation, n’oubliez pas que vos apprenants sont seuls devant leur écran : dynamisez la classe avec des outils simples (de la vidéo ou du « chat »), incitez-les à lever la main pour poser une question ou participer, et partagez l’information à travers un tableau blanc et des outils de marquage virtuels.                                                                                                                                                                                          
  3. Enfin, en aval, la gestion des ressources doit être optimale : accessibles et faciles à lire. Elles comprennent des informations sur la formation dispensée (durée totale, résultats aux quiz et évaluations, etc.).

 

Des références rien que pour vous !

Voici quelques classes virtuelles gratuites ou Open source à explorer (attention toutefois à la confidentialité et la pérennité des solutions gratuites) :

  • Webroom : une interface sympa, jusqu’à 8 participants gratuits et tous les outils d’une classe virtuelle à disposition. Pas de compte à créer, en accès direct.

  • Drawchat : interface également agréable pour cette application de      « chat » écrit, oral ou vidéo autour d’un tableau blanc partagé. 
       
  • Sylaps : simple et efficace 

  • Whereby : outil de netmeeting, accès limiter en version gratuite

  • Zoom : outil de netmeeting, temps limiter pour les réunions de groupe, sinon modèle payant (plug-in Moodle existe non testé à ce jour)

  • Jitsi.org : solution open source, fonctionne très bien et complète (manque un tableau blanc, utiliser un partage d’écran ou une solution en ligne). Plug-in Chrome et Moodle (apparait comme une activité). Attention a bien créer un code d’accès robuste si vous l’utilisez hors de Moodle
                                                                                                                            
  • Big Blue button : une classe virtuelle en open source, avec toutes les fonctionnalités d’une classe virtuelle dans une interface intuitive. Les « + » : l’interconnexion avec Moodle (une connexion sur leur serveur par plugin Moodle et un code Open Source pour une installation personnalisée).

 

Deux solutions payantes, mais éprouvées :

Classilio Via : une solution payante distribuée par une équipe proche de ses clients. Nous utilisons cette solution au quotidien depuis maintenant plus de 5 ans et nous en sommes parfaitement satisfait. De plus, il existe un connecteur vers Moodle qui simplifie la gestion des apprenants à l’extrême. La classe virtuelle devient alors une simple activité, qui aura aussi sa complétion. Petit plus : la mise à disposition automatique de l’enregistrement de la classe virtuelle pour les absents.

Adobe Connect: le plus connu des logiciels de classe virtuelle, qui autorise une intégration dans Moodle.                                                                                                                                                                                                                                           

N’hésitez pas à nous contacter !

Nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans le choix du bon outil! Et aussi, vous former à la mise en œuvre de vos classes virtuelles.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*